LA DME expliquée à mon médecin

Lors du rendez-vous des 4 mois d’O., notre médecin nous a parlé de diversification. DME…j’ai osé dire ces trois petites lettres et contre toute attente, notre médecin a été réceptive. Elle m’a demandé de revenir plus renseignée afin de lui parler de cette méthode qu’elle ne connaissait pas. Ce post a donc vocation de mémo et j’espère que celui-ci pourra être utile à d’autres parents.

Les principes fondamentaux de la DME

DME signifie Diversification Menée par l’Enfant. Il s’agit d’amener l’enfant à développer ses compétences à se nourrir de manière autonome en lui fournissant des situations sécuritaires et de la nourriture « normale » plutôt que des purées.

Pourquoi ce choix ?

Tout d’abord, j’essaye de me placer du point de vue de l’enfant. Quels sont ses besoins ? Comment y répondre au mieux ?

Honnêtement, aurais je envie de manger des aliments imposés toujours mixés ? Ce n’est pas le seul point ; j’ai surtout envie que les premières assiettes d’O. attisent sa curiosité. La diversification va au delà du simple fait de se nourrir : j’ai envie qu’il découvre les formes, les odeurs et les textures, qu’il ait plaisir à nous voir cuisiner, qu’il ait même à terme envie de participer. La DME s’est imposée comme une évidence.

Nous avons aussi appliqués la grille de lecture suivante :

1. Est ce dangereux ? Si oui j'arrête l'action en disant "stop". J'explique tout en attirant l'attention de l'enfant vers une activité similaire. 2. Cette action nécessite t-elle des aménagements ? Si oui j'effectue les modifications nécessaires. En attendant que l'environnement soit sain, je redirige l'attention de l'enfant vers une activité similaire. 3. Est ce réellement gênant ? Seule une gêne de l'enfant peut arrêter l'action. Si elle vient de soi / des autres, je dois comprendre pour ne pas que cela influe négativement sur l'enfant.1. Est ce dangereux ?

Non. Il y a des règles de sécurité à respecter :

  • l’enfant doit se tenir seul assis, preuve d’un tonus musculaire suffisant ;
  • l’enfant doit se servir seul ;
  • les morceaux doivent avoir la taille adéquate, c’est à dire être plus grands que le poing de l’enfant ;
  • les morceaux ne doivent être ni trop durs, ni trop gros, ni trop collants.

Si tout cela est respecté, se met en place le réflexe vomitif en cas de problèmes. A la différence d’un étouffement, le bébé est rose, respire, tousse, bouge la tête. C’est une réaction normale qui permet de ramener les aliments vers l’avant dans la bouche afin de poursuivre la mastication (avec les dents ou les gencives).

Vous pouvez voir une réflexe vomitif important en vidéo. /!\ Cela peut être impressionnant mais cela est important de se préparer pour ne pas paniquer et accompagner l’enfant sereinement dans sa découverte de l’alimentation. Comme pour un adulte, bouger un enfant ou lui donner à boire peut s’avérer dangereux et pousser le morceau plus profond dans la gorge et donc risquer de l’étouffer. J’ai appris ça en formations premiers secours et j’avoue que ça m’aide à envisager la DME sereinement.

2. Cela nécessite t-il des aménagements ?

Clairement oui. Outre le fait de se renseigner sur les bonnes pratiques, il faut aussi se préparer à ce que les premiers repas ne soient pas de tout repos. L’enfant mangeant en toute autonomie, les 1ers morceaux n’iront pas que dans la bouche ; l’idéal est donc d’avoir un chien pour ramasser les morceaux. Ceci dit une bâche, un bavoir et beaucoup de lâcher prise peuvent suffire.

Nous apprenons le lâcher prise surtout mais surtout…nous sommes encore un peu nuls en organisation. Le fait qu’O. puisse partager le même repas est d’avance un soulagement. Nous avancerons ensemble sur le chemin de la nutrition pour offrir à notre enfant le meilleur. J’ai hâte !

3. Est-ce réellement gênant ?

Comme vous l’avez compris, pour moi pas du tout.  Avec cette méthode, « le rôle du parent est d’offrir la qualité et que celui du bébé est de gérer la quantité ». L’enfant sait ce dont il a besoin et saura piocher ce qui lui faut si on lui propose des aliments sains et variés. C’est exactement ce qui se passe pour l’allaitement avec O : j’offre, il dispose. Après il est vrai que je suis moins sereine à envisager les repas de famille tant sur l’aspect propreté que quantités. Mais le plus important est de trouver une méthode qui nous convient à tous les trois 😉

J’ai encore beaucoup à apprendre. Je ferais d’autres articles au fur et à mesure de mes découvertes. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser en commentaires. Je tâcherai d’y répondre au mieux !

Pour en savoir plus

Pour passer des formations aux premiers secours (PSC1)

Publié dans DME

Laisser un commentaire